AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Chers Membres & Invités de passage afin de nous aider à soutenir le Forum vous pouvez voter sur ces logo merci à tous!!!
Bienvenue sur Âme & Conscience, Site créé le 18 juillet 2009, ouvert officiellement le 27 juillet 2009!

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Devenir Fan

les options du Forum
- Comment agrandir l'apparence du Forum
- Comment insérer une image
- Comment insérer une photo
- Comment inclure ton compte Facebook au forum
-
Comment choisir ton ambiance
- Comment afficher ou Masquer les widgets du Forum
- Options des Amis et ignorés

- Comment mettre votre diaporama
Livres sélections des Membres
Phases de la Lune


Partagez | 
 

 Les légendes du Japon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Les légendes du Japon.   07.11.10 7:47

Rappel du premier message :

Bonjour à tous.

La guerre de Boshin « guerre de l'année du dragon » est une guerre civile qui débuta en janvier 1868 quelques mois après la restitution du pouvoir suprême à l'empereur, et qui se poursuivit jusqu'en mai 1869. Elle vit s'affronter, les armées des clans proches de l'Empereur contre les troupes appartenant au gouvernement shogunal et les clans qui lui étaient restés fidèles.
A cette époque, la ville d’Aizu Wakamatsu était la capitale du clan Aizu, restée fidèle au shogun. Ses troupes combattaient donc les forces impériales. Certaines étaient composées de très jeunes garçons (entre 14 et 17 ans). Les byakkotai - la troupe des tigres blancs - qui s’étaient retirés dans la montagne après une première défaite dans la ville voisine, virent le château de Aizu-Wakamatsu entouré d'une épaisse fumée. Croyant le château pris et tout espoir perdu, ils firent seppuku, selon la tradition guerrière. Seul le plus jeune, âgé de 14 ans fut épargné avec pour charge de transmettre l'histoire. En réalité le château ne fut pris que quelques jours plus tard. Seule la campagne environnante était en feu. Le suicide des byakkotai devint une grande source d'inspiration pour le Japon. Par ses valeurs de fidélité et de dévouement, mais aussi par sa dimension de sacrifice inutile, elle résonne dans l'esprit des japonais… et de Mussolini qui, impressionné par l'histoire, offrit un monument à la mémoire des samuraïs que l'on peut toujours voir aujourd’hui.
ZOUZOU


<br>
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Life
L'Apprenti
L'Apprenti



MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   15.11.10 17:37

C'est un très beau récit Cos....Merci

Derrière cette histoire ce cache plein de choses ! a qui sait le comprendre...Chose qu'il faudrait appliquer dans la vie de tout les jours ...
et comme la maxime le dit :
" Donner pour recevoir et recevoir pour donner "
le vice-versa des choses, on ne peut faire autrement...Bien-sûr dans la vie, on ne peut pas toujours rendre de façon matériel, mais c'est quoi le matériel face a un sourire rendu et complaisant ? face a l'immense satisfaction de son intérieur d'avoir donner pour recevoir...ici, le cas d'un sourire....
Quand t'ont part d'ici bas, on emporte rien de matériel !!!!
Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Etoile
Cartomancienne/Co-Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   15.11.10 20:31

J'avais du retard dites donc !! Merci à vous en tout cas, elles font froid dans le dos, mais j'adore !!

CALIN9



Si tu souhaites soutenir ce Forum =>
Revenir en haut Aller en bas
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   16.11.10 7:05

Bonjour à toutes et tous.
Un jour, le seigneur Inoue, le suzerain du fief de Hikone se rendit à Tokyo pour affaires. Le hasard voulut qu'il passe devant le portique d'entrée du temple bouddhique Gotokuji. Là, le seigneur Inoue aperçut un chat qui était assis sous le portique et qui, à son approche, leva une patte antérieure et l'agita d'étrange manière.

Trouvant curieux qu'un chat lui fasse signe et l'invite de la patte à s'approcher, le seigneur Inoue fit quelques pas dans la direction du matou. L'instant suivant, un terrible orage éclata et la foudre s'abattit à l'endroit précis où le seigneur Inoue se trouvait quelques secondes plus tôt !

Attribuant sa survie miraculeuse au geste du chat, le seigneur Inoue décida de faire du temple Gotokuji le lieu de prières des membres de son clan. Grâce à cet illustre patronage, le temple Gotokuji prospéra et ses moines devinrent extrêmement riches.

Le seigneur Inoue n'oublia pas non plus ce chat qui lui avait sauvé la vie. Il fit scultper du image du chat avec sa patte levée et il lui donna le nom de maneki-neko, "chat qui appelle la bonne fortune." Par la suite, les gens prirent modèle sur le seigneur Inoue, ils firent fabriquer à leur tour des statues du "chat qui appelle la bonne fortune" et ils se mirent à les exposer à l'entrée de leurs magasins. Ce serait la raison pour laquelle l'on peut aujourd'hui voir une statue de chat à l'entrée de tous les restaurants du Japon.

Il est possible que je l'ai déjà mise, si quelqu'un la voit, qu'il me le dise, je vais m'occuper de ce que j'ai déjà mis sur le Japon, mais après-midi, beaucoup de choses à faire ce matin.

ZOUZOU


<br>
Revenir en haut Aller en bas
mjo
le Sage
le Sage
avatar

Pays : Espagne
Localisation : Dans mon monde

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   16.11.10 11:32

non cosmos, moi je ne l'ai pas lu.
merci pour cette légende, très jolie.
YOU
mjo
Revenir en haut Aller en bas
Etoile
Cartomancienne/Co-Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   16.11.10 17:33

Moi non plus je ne l'avais pas lue. Merci Cosmos pour cette jolie légende.

CALIN9



Si tu souhaites soutenir ce Forum =>
Revenir en haut Aller en bas
Life
L'Apprenti
L'Apprenti
avatar

Pays : France
Localisation : sur terre

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   16.11.10 17:48

De nouveau c'est une jolie légende...Merci Cos..
En lisant tout ça, cela permets de s'évader un peu et de comprendre certaines choses que l'on pourrait se servir dans la vie de tout les jours ...
On en veut encore Cos...
Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Le monstre nue.   17.11.10 7:14

Bonjour à toutes et tous.

L’incident se produisit en 1155. cette année-là, le jeune empereur Konoe tomba brusquement malade. Les médecins et les moines appelés à son chevet l’auscultèrent l’empereur et se déclarèrent bientôt incapables de le guérir car la maladie était, selon eux, provoquée par une créature surnaturelle malfaisante contre laquelle ils ne pouvaient rien faire. La maladie de l’empereur était plutôt curieuse car elle se déclarait durant la nuit et disparaissait durant la journée.

En effet, tous les soirs aux environs de l’heure du bœuf (deux heures du matin), un nuage noir se formait au-dessus de la forêt à l’est de la capitale et, sans qu’il y ait le moindre souffle de vent, il dérivait dans le ciel et venait s’immobiliser au-dessus des appartements de l’empereur. A l’instant précis où le nuage s’immobilisait au-dessus du palais, l’empereur se mettait à gémir et à souffrir d’un mal que personne ne parvenait à apaiser. Tous les soirs à la même heure, le nuage revenait, il survolait le palais et il rendait l’empereur malade.
Les ministres se réunirent et discutèrent. Tandis qu’ils tergiversaient et hésitaient sur les mesures à prendre, un vieux général prit soudain la parole.

- Un incident similaire s’est déjà produit sous le règne de sa majesté l’empereur Horikawa. Dès qu’arrivait l’heure du bœuf, un nuage se formait au-dessus du palais et sa majesté devenait la proie d’un mal étrange causé par cet « oiseau de nuit » que nous appelons Nué... Minamoto no Yoshiie, le commandant de la garde à cette époque-là, se posta en sentinelle aux portes du Pavillon de la Fraîcheur Pure Seïryôden et, à l’heure maudite, il fit claquer la corde de son arc à trois reprises et cria : « Moi, Minamoto no Yoshiie, ancien gouverneur de la province de Mutsu, j’ai reçu la tâche de protéger le palais impérial. Esprits vengeurs et démons arrière ! » Aussi curieux que cela puisse paraître, le nuage disparut et l’empereur Horikawa recouvra la santé... En somme, il nous suffit de trouver un maître archer pour chasser ce Nué et guérir l’empereur…

Les ministres avaient, bien sûr, entendu parler du dénommé Minamoto no Yoshiie, un guerrier dont les faits d’armes étaient déjà entrés dans la légende. Les ministres se demandèrent alors s’il y avait en ce bas-monde un homme capable de remplacer le célèbre Yoshiie, celui que l’on surnommait « le dieu Hachiman incarné », et de chasser la créature surnaturelle à l’origine de la maladie de l’empereur.

- Je connais un tel homme, s’exclama alors l’intendant Masayori. L’archer Minamoto no Yorimasa !
Le vieux général était d’accord. Il se leva et alla aussitôt trouver Yorimasa.

- Le travail d’un garde consiste à éliminer les rebelles à l’ordre impérial et les fauteurs de trouble, protesta Yorimasa. Je n’ai jamais entendu parler d’un garde chargé de détruire une créature invisible !

Le général lui rappela que l’ordre émanait de l’empereur en personne. Yorimasa, désemparé, se demanda comment lui, un simple garde, pourrait venir à bout de la créature Nué que certains prétendaient avoir aperçu dans le nuage qui se formait tous les soirs au-dessus des appartements de l’empereur. Pour avoir des chances de réussite, Yorimasa se dit qu’il devait d’abord se placer sous la protection de quelque divinité. Aussi, avant de se rendre au palais, il fit un détour par le Shinmei Jinja, le « Sanctuaire de la Déesse de la Lumière », il pria la Grande Déesse Solaire Amaterasu Ômikoto et il l’implora de faire en sorte que ses flèches atteignent leur cible. Quelques instants plus tard, Yorimasa et son page se présentèrent au palais. On leur demanda de prendre position devant les appartements de l’empereur. Yorimasa avait apporté deux flèches avec lui parce que, si la première flèche ratait son but, il était bien décidé à envoyer la deuxième sur Masanori, cet intendant qui avait eu la mauvaise idée de le recommander pour cette mission impossible…
ZOUZOU


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Etoile
Cartomancienne/Co-Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   17.11.10 7:44

Excellent !! Merci Cosmos !!

CALIN9



Si tu souhaites soutenir ce Forum =>
Revenir en haut Aller en bas
mjo
le Sage
le Sage
avatar

Pays : Espagne
Localisation : Dans mon monde

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   17.11.10 7:52

ZOUZOU merci cosmos
Revenir en haut Aller en bas
Life
L'Apprenti
L'Apprenti
avatar

Pays : France
Localisation : sur terre

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   17.11.10 16:19

Pareil très bien choisi comme légende ...Merci à toi
Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Le sanctuaire des sangliers.   18.11.10 7:37

Bonjour tout le monde.

L’entrée des sanctuaires est généralement gardée par un couple de chiens ou de renards et qui se font face. De temps à autre, ces chiens et ces renards sont remplacés par d’autres animaux. C’est le cas du Goo Jinja, un sanctuaire de Kyôto qui se trouve juste en face du palais impérial de la ville. L’entrée du lieu est en effet gardée par un couple de sangliers. Expliquer la présence de ces statues de sanglier à l’entrée du Goo Jinja revient à évoquer l’épisode le plus célèbre de la carrière du politicien du huitième siècle qui est révéré dans ce sanctuaire, le politicien nommé Wake no Kiyomaro…


Un jour du mois de juillet 766, un messager se présenta à la cour impériale alors installée à Nara. Il apportait une lettre écrite par Suge no Asomaro, le prêtre du Sanctuaire Usa Hachimangû dans l’île de Kyûshû. Son arrivée provoqua un grand émoi car ce Sanctuaire était, après Ise Jingû, le deuxième lieu le plus sacré du shintoïsme et sa divinité tutélaire, Hachiman, la divinité protectrice de la cour impériale. Par conséquent, il ne pouvait qu’apporter une nouvelle de la plus haute importance. Le messager expliqua que la lettre qu’il avait en sa possession contenait un oracle recueilli par le prêtre Suge no Asomaro auprès de la divinité tutélaire du sanctuaire, Hachiman.

- Si Dôkyô est nommé empereur, déclara le messager devant la cour réunie au grand complet, la paix règnera dans le monde ! Tel est l’oracle prononcé par la divinité Hachiman !

A cette époque-là, le Japon était gouverné par Shôtoku, une impératrice qui était célibataire mais qui avait un amant, un moine nommé Yuge no Dôkyô dont elle avait faire son successeur sur le trône. Consciente que les faveurs accordées à son protégé ne faisaient pas l’unanimité chez ses ministres, l’impératrice Shôtoku décida d’envoyer un homme de confiance dans l’île de Kyûshû afin d’obtenir confirmation de l’oracle. Elle porta son choix sur Wake no Kiyomaro, un jeune homme qui la servait fidèlement depuis de longues années. Elle fit appeler Kiyomaro, lui expliqua la nature de sa mission et ajouta que le choix du futur empereur dépendrait de son verdict. Peu de temps après, le moine Dôkyô convia Kiyomaro à un entretien privé dans ses appartements.

- La divinité d’Usa a sans aucun doute envoyé ce messager pour demander mon intronisation. Si vous revenez à la cour avec un rapport confirmant l’oracle du dieu d’Usa, je saurais me montrer reconnaissant et vous offrir une importante promotion.

Voilà qui mettait Kiyomaro dans une situation bien embarrassante car il savait très bien que son rapport déplairait, fatalement, à l’une des factions qui s’agitaient dans les coulisses du pouvoir. S’il discréditait Dôkyô, il serait sûrement exilé voire assassiné. S’il soutenait Dôkyô dans ses prétentions au trône, il se ferait des ennemis mortels parmi les courtisans qui voyaient d’un mauvais œil la montée en puissance du moine. Kiyomaro quitta donc la Capitale en étant persuadé qu’il allait laisser sa tête dans l’affaire...


Il prit la mer et, dès son arrivée dans l’île de Kyûshû, il se rendit au sanctuaire d’Usa. Il se recueillit devant l’autel du dieu Hachiman et lui adressa de ferventes prières.

- L’affaire est des plus importantes, murmura-t-il à l’adresse de la divinité. Faut-il croire la prédiction de l’oracle ? Adressez-moi un signe !

Tout à coup, une lumière aussi étincelante que la lune se fit dans le sanctuaire d’Usa et aveugla Kiyomaro.

- Le sort de mon pays repose entre tes mains, dit alors une voix si puissante qu’elle résonnait dans tout le sanctuaire. Aujourd’hui comme avant, il est inconcevable qu’un ministre puisse prétendre au titre d’empereur. Fais en sorte qu’un membre issu de la famille impériale monte sur le trône ! Chasse l’intrigant ! Kiyomaro, tu dois t’assurer du concours des divinités du bouddhisme et l’empêcher de nuire !

Tout devint clair pour Kiyomaro : Le moine Dôkyô avait, en échange d’une promotion, corrompu le prêtre du sanctuaire d’Usa et obtenu de ce dernier qu’il rédige une prédiction mensongère. Dôkyô espérait que l’oracle aurait force de loi et conduirait Shôtoku à abdiquer en sa faveur ! Kiyomaro se hâta de retourner à la Capitale et de transmettre le message de la divinité à l’impératrice Shôtoku. Ses révélations causèrent un grand choc à la souveraine, déçue que son protégé ne puisse lui succéder. Le choc n’en fut pas moins grand pour Dôkyô dont les ambitions politiques étaient réduites à néant. Furieux, celui-ci tenta perfidement d’abuser l’impératrice pour obtenir la tête de Kiyomaro mais elle refusa et se contenta de le démettre de ses fonctions et de l’exiler dans l’île de Kyûshû.

Dôkyô ne renonça pas pour autant à se venger de Kiyomaro. Le moine s’attacha les services d’une bande de malandrins et leur or- donna de partir aux trousses de son ennemi et de le tuer. Ignorant tout du danger qui le guettait, Kiyomaro prit la mer et arriva quelques jours plus tard dans le Kyûshû. Avant de rejoindre sa terre d’exil, il décida de faire un détour et de se recueillir au sanctuaire d’Usa. Il voulait remercier sa divinité tutélaire de lui avoir permis de mettre à jour le complot ourdi par le moine Dôkyô. Tandis que Kiyomaro prenait la route du sanctuaire d’Usa, les assassins à la solde de Dôkyô débarquaient à leur tour dans l’île et se lançaient à sa poursuite. Ils retrouvèrent sa trace au moment précis où celui-ci pénétrait dans la forêt au milieu de laquelle se trouvait le sanctuaire.

Dès qu’ils l’aperçurent, ils dégainèrent leurs épées et se portèrent à sa rencontre. Ce fut alors que de gros nuages noirs se formèrent brusquement dans le ciel et plongèrent la forêt dans l’obscurité. Ce fut alors que le tonnerre déchira le ciel et qu’une pluie diluvienne s’abattit sur la forêt. Les spadassins rangèrent leurs épées car ils pensaient que ces signes n’étaient autre que l’expression de la volonté du dieu du sanctuaire d’Usa. Comprenant que Kiyomaro était protégé par les dieux, ils furent saisis de panique et se hâtèrent de déguerpir. Ce fut alors qu’un nouveau miracle se produisit : Une harde de 30’000 sangliers se matérialisa soudain devant eux, elle chargea et elle les piétina. Les animaux revinrent ensuite auprès de Kiyomaro, ils l’encerclèrent et se mirent en marche. Les sangliers semblaient vouloir le guider dans une certaine direction…

Quand ils arrivèrent en vue des bâtiments du sanctuaire d’Usa, Kiyomaro comprit alors que les sangliers étaient les serviteurs du dieu Hachiman et que ce dernier avait envoyé la harde pour le protéger des sbires de Dôkyô. Au même moment, les 30'000 sangliers disparurent aussi brusquement qu’ils étaient apparus et la blessure que Wake no Kiyomaro avait reçu à la jambe durant l’attaque se referma miraculeusement !

A la mort de l’impératrice Shôtoku qui survint quelques années plus tard, le moine Yuge no Dôkyô fut chassé de la capitale et Wake no Kiyomaro rappelé de son exil et promu à de hautes fonctions. Des siècles plus tard, au dix-neuvième siècle, l’empereur Meiji ordonnera la construction d’un sanctuaire en son honneur. Les fidèles se cotiseront pour offrir au lieu une statue de bronze à l’image de Kiyomaro et, afin de rappeler à tous qu’il avait bénéficié de la protection de la divinité du sanctuaire d’Usa, deux statues de sangliers. Ce sont ces deux statues qui gardent, aujourd’hui encore, l’entrée du sanctuaire Goo Jinja.


ZOUZOU


<br>
Revenir en haut Aller en bas
Etoile
Cartomancienne/Co-Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   18.11.10 8:03

J'adore !! Merci Cosmos !!

CALIN9



Si tu souhaites soutenir ce Forum =>
Revenir en haut Aller en bas
mjo
le Sage
le Sage
avatar

Pays : Espagne
Localisation : Dans mon monde

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   18.11.10 9:35

ZOUZOU
merci
mjo
Revenir en haut Aller en bas
Life
L'Apprenti
L'Apprenti
avatar

Pays : France
Localisation : sur terre

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   18.11.10 16:47

Citation Cosmos1
" souvent, avec un esprit cartésien, on nous dit que la marée est un phénomène physique. La marée dépend des lois de l'attraction, des phases de la lune,..."

Tout les marins vont le diront, les jardiniers, etc...Beaucoup de preuve probable
et vérifiable sont a l'issue de cette constatation ...
Merci Cos
Revenir en haut Aller en bas
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   19.11.10 6:58

Bonjour à toutes et tous.
A la fin du sixième siècle, le prince Shôtoku Taïshi décida de construire un grand temple dans ce qui est aujourd'hui la ville d'Osaka et de le consacrer aux divinités protectrices du bouddhisme, les Quatre Rois Célestes.

Pour ce faire, il parcourut la région à la recherche de bois de construction et arriva ainsi dans la plaine de Kyoto. Là, il aperçut un petit étang entouré d'arbres. Il décida de s'y baigner.Il posa au bord de l'étang la petite statue de la déesse de la miséricorde Kannon qui pendait à son cou, il se dévétit puis il entra dans l'eau. Le prince prenait grand soin de cette petite statue en métal doré qu'il avait découverte un jour par hasard sur la plage d'Ashiya et dont il avait fait depuis ce jour-là, sa divinité protectrice.

Quand il sortit de l'étang et tendit la main pour ramasser la statue, Shotoku n'arriva pas à la soulever tant elle était lourde. Il essaya à plusieurs reprises de prendre la statue. En pure perte. Finalement, le prince décida de passer la nuit en bordure de l'étang, espérant qu'un songe lui apporterait la solution de ce prodige. Cette nuit-là, la déesse Kannon lui apparut en rêve.

Dans son rêve, le prince vit ensuite apparaître une vieille femme. Il l'interpella.

- J'ai l'intention de construire un temple en ce lieu, lui dit-il. Sauriez-vous où je peux trouver le bois nécessaire à son édification ?

- L'arbre que vous avez devant vous est un arbre étrange, répondit la vieille en désignant du doigt un grand pin qui poussait en bordure de l'étang. Tous les matins, un nuage pourpre apparaît à la cime de cet arbre. C'est l'arbre qu'il vous faut pour construire un temple.

A son réveil le matin suivant, le prince marcha jusqu'à l'arbre que la vieille femme lui avait désigné dans son rêve et il put constater qu'un nuage pourpre flottait effectivement au-dessus. Le prince Shôtoku Taïshi coupa l'arbre et s'en servit pour construire un pavillon hexagonal dans lequel il installa sa statue de Kannon.

Rokkaku-dô, le "pavillon hexagonal", existe toujours. Il se trouve en plein coeur de Kyoto. Dans son enceinte et autour de son célèbre étang dans lequel le prince Shôtoku Taïshi s'était baigné, on peut voir de nombreuses statues de la déesse bouddhique de la miséricorde Kannon.



ZOUZOU


<br>
Revenir en haut Aller en bas
cosmos1
Le Pédagogue
Le Pédagogue
avatar

Pays : Belgique
Localisation : Binche
Humeur : Bonne

MessageSujet: Les légendes.   07.03.11 12:32

Bonjour à toutes et tous. Certaines légendes concernant le Japon si issu d'un live, mythes et légendes du Japon médiéval, qui m'a été offert par mon professeur d'arts martiaux (Senseï) et aussi d'un site dont voici l'adresse si vous désirez en savoir plus. http://membres.multimania.fr/contesjaponais/
Visitez ce site si vous désirez en savoir un peu plus sur les légendes japonaises.
Je vous souhaite une bonne après-midi.


<br>
Revenir en haut Aller en bas
mjo
le Sage
le Sage
avatar

Pays : Espagne
Localisation : Dans mon monde

MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   08.03.11 17:03

merci à toi cosmos
dès que j'ai un moment à moi, visiterais ce cite.
contente de te revoir parmi nous.
mjo OHOH ZOUZOU
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les légendes du Japon.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les légendes du Japon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gelée de lait de coco & Perles du japon au lait de coco
» Dictionnaire des symbolismes, des Mythes et des légendes (Didier Colin)
» La phobie sociale au Japon
» Saint François Xavier Prêtre, Jésuite, Apôtre des Indes et du Japon et commentaire du jour "L'aveuglement des hommes"
» Lettre type pour sauver sept dauphins au Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Âme et Conscience :: le Monde des Croyances & Autres :: Mythes, légendes, croyances et autres-
Sauter vers: